Stéphanois verts Index du Forum Stéphanois verts
Site dédié aux Verts et au football national et international
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue Invité 
Lubomir Moravcik

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum A.S.S.E -> Joueurs et dirigeants de l'ASSE -> Anciens joueurs et joueurs prêtés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
manu63
modérateur

En ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 265

MessagePosté le: 14/10/2017 10:52:54    Sujet du message: Lubomir Moravcik Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Lubo toujours vert

14/10/2017



Dans une interview parue hier sur le site Foot d'Avant, Lubomir Moravcik est revenu longuement sur ses vertes années avant d'évoquer un possible retour à Sainté. Extraits.



"Une fois que les communistes sont tombés en Europe de l’Est, cela a donné l’occasion d’être libre pour partir dans un pays étranger. Avec la Coupe du monde 1990 en Italie, nous avions une chance énorme d’être repérés. Une grande partie des joueurs tchécoslovaques a été transférée après cette Coupe du monde. Moi j’ai été transféré à Saint-Étienne. A l’époque, Bernard Bosquier était en contact avec mon agent. Suite à un match de la Coupe du monde, Saint-Étienne m’a contacté et on s’est mis d’accord avant les quarts de finale. Quand je suis venu à Saint-Étienne en juillet 1990, j’ai définitivement signé mon contrat.


C’était dur au départ car je suis parti tout seul en laissant ma femme et mon fils en Slovaquie. Au début, j’étais à l’hôtel et il y avait un homme d’origine tchèque qui s’occupait de moi. Il m’expliquait comment les choses allaient se passer. Puis quand ma famille est arrivée, on m’a proposé une maison temporaire. Au bout de trois mois, nous avons loué notre maison. Les choses ont vite avancé même si au début je ne comprenais pas beaucoup la langue française. Sur le terrain j’ai vite compris les consignes : faire des passes, recevoir des ballons, faire des centres. La langue sur le terrain n’est pas difficile à comprendre.



Pour mon premier match à Geoffroy Guichard en juillet 1990, on avait fait 0-0 contre Rennes. L’année où je suis arrivé, plein de nouveaux joueurs venaient de rejoindre le groupe. Je me souviens qu’après la rencontre, toute l’équipe avait mangé ensemble. Même si je ne comprenais rien aux conversations, je restais avec le groupe. J’étais prêt à tout pour m’intégrer.Au début quand je suis arrivé, le stade n’était pas complètement plein. Mais lors des grosses affiches, il y avait une superbe ambiance avec 40 000 supporters. C’était vraiment chaud derrière les buts avec le kop et les gens qui restaient debout. J’aimais leur passion. Notre club de supporters nous suivait partout en France. C’est un club qui est beaucoup aimé.


Au début les gens ne m’ont pas reconnu tout de suite en ville. Mais quand j’ai failli signer à Marseille, je suis devenu le joueur emblématique du club. Je me rappelle que les supporters avaient marqué sur un mur du centre d’entraînement "Lubo, on t’aime, on t’adore, ne pars pas". C’était touchant. J’étais resté pour cet amour mais aussi parce que j’avais un bon contrat à Saint-Étienne. A l’époque, Marseille me proposait quasiment la même chose. Le président m’avait aussi convaincu de rester au club en me disant : "on veut être dans les trois premiers de première division, on a besoin de toi, on veut que tu restes".



Il y avait beaucoup de choses positives à Saint-Étienne. Sur le terrain, peut-être qu’il nous manquait un buteur capable de marquer plus de buts. Il y a eu Roland Wohlfarth pendant un moment mais il était en fin de carrière. Malheureusement l’international français Philippe Tibeuf s’est blessé gravement. L’élimination des Verts en demi-finale de Coupe de France en 1993 nous a coûté cher car le président André Laurent s’est fait limoger et cela a tout cassé. Ensuite, il y avait moins de stabilité au club.


Mon meilleur souvenir chez les Verts ? Je n’en ai pas car je n’ai rien gagné avec Saint-Étienne. Mais je retiens plutôt l’ensemble et les supporters extraordinaires qui nous supportaient même dans les matchs difficiles. J’ai été très heureux à Saint-Étienne. J’ai toujours de très bons amis. Ça m’a plu la mentalité de Saint-Étienne. Le club et les supporters m’ont accueilli à bras ouverts. Ça m’a beaucoup touché. J’aime beaucoup ce club et cette région. Tout me plaît là-bas que ce soit la ville ou les gens qui sont gentils et très ouverts. J’aime aussi la France en général car c’est un pays magnifique.


La dernière saison, je n’ai pas joué les quatre derniers matchs suite à un carton rouge et ça a été difficile. Les mauvais résultats entraînaient de mauvaises réactions de la part du public ou de ma part. En prenant un carton rouge en fin de saison, je n’ai pas rendu service au club. Je pense que le départ d’André Laurent a provoqué la descente quelques années plus tard. Il avait stabilisé le club et donné beaucoup d’énergie à Saint-Étienne. Je me souviens au début quand je suis arrivé, il m’avait invité dans sa maison avec ma femme et mon fils. Après son départ, de mauvaises décisions ont été prises au club. Il y avait aussi des gros problèmes financiers, puisqu’on avait un trou de 20 millions de francs et cela a presque tué le club. Quand l’ASSE est descendue, j’étais obligé de partir pour faire baisser la masse salariale. Si je n’étais pas parti, le club aurait peut-être été rétrogradé en troisième division. J’ai rendu service au club car j’ai laissé tombé quelques sous.



Je suis retourné en Slovaquie et j’ai passé mes diplômes pour devenir entraîneur professionnel. Entre 2005 et 2007, j’ai entraîné les moins de 17 ans de la sélection slovaque. Puis mon contrat s’est terminé, alors j’ai eu une opportunité d’entraîner en première division mais je ne suis resté que six mois. Je me suis fait limoger car les résultats n’étaient pas bons. Entre 2008 et 2016, j’ai été un peu agent de joueurs. Sans grands succès, c’était dur. Depuis 2016, je suis entraîneur adjoint en deuxième division. J’ai d’abord été à Sered et maintenant je suis à Zvolen. J'aime beaucoup Bastia et la Corse, mais si je devais revivre à l’étranger, je reviendrais à Saint-Étienne à côté de mes amis que j’adore. Mon passage en France a été un grand plaisir. Mais après je ne veux pas quitter mon pays que j’aime beaucoup. Je suis très content en Slovaquie."

http://www.poteaux-carres.com/potin-P6820171014094250-Lubo-toujours-vert.ht…
Revenir en haut
VERTMINATOR42


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2017
Messages: 663

MessagePosté le: 14/10/2017 11:42:52    Sujet du message: Lubomir Moravcik Répondre en citant

quel joueur ce lui là.... le dernier grand talent au milieu offensif à mon sens ayant porté le maillot vert....
_________________
Allez tous boire un coup à ma santé
Revenir en haut
Greendid


Hors ligne

Inscrit le: 05 Oct 2017
Messages: 273
Localisation: Abricot City

MessagePosté le: 15/10/2017 11:14:21    Sujet du message: Lubomir Moravcik Répondre en citant

VERTMINATOR42 a écrit:
quel joueur ce lui là.... le dernier grand talent au milieu offensif à mon sens ayant porté le maillot vert....


C'est clair, en plus du caractère, j'adorais ce joueur !
_________________
Une équipe de football, c'est comme un piano. Vous avez besoin de huit hommes pour la transporter et de trois autres pour en jouer.
Revenir en haut
manu63
modérateur

En ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 265

MessagePosté le: 15/10/2017 11:15:29    Sujet du message: Lubomir Moravcik Répondre en citant

J'en étais fou, quelle classe !
Revenir en haut
manu63
modérateur

En ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 265

MessagePosté le: 17/11/2017 17:41:52    Sujet du message: Lubomir Moravcik Répondre en citant

Juju contredit Lubo

17/11/2017

Lubomir Moravcik évoque son avenir dans le nouveau bimestriel Journal du Sport.





"Devenir entraîneur des Verts un jour, est-ce envisageable ? La question avait déjà été évoquée quand Ivan Hasek était entraîneur. Mais il existait la problématique des entraîneurs étrangers et leurs diplômes. J'ai été malchanceux dans cette affaire. Pour avoir une chance d'entraîner Saint-Etienne, il faut de l'expérience. Je ne dis pas que je n'en ai pas. Je connais le football par coeur. Mais ma carte de visite reste faible. Si on me proposait un poste de ce type, on pourrait se dire : "mais qu'a fait Lubo depuis qu'il a arrêté de jouer au foot ?" J'ai entraîné pendant trois ou quatre ans, je me suis occupé pendant deux ans des U17 nationaux. Je suis actuellement entraîneur adjoint de Zvolen, en D2 slovaque. J'aurais plus de possibilités en tant qu'adjoint d'un entraîneur qui me connaitrait bien. Je pourrais donner des conseils. Malheureusement, pour un poste de numéro un, il y aura toujours cette notion de risque à mon égard. Je suis heureux de ma vie en Slovaquie. le seul endroit en dehors de mon pays où je pourrais vivre, c'est Saint-Etienne."



La récente promotion de Juju vient de prouver à Lubo que le manque d'expérience n'est pas toujours rédhibitoire...

http://www.poteaux-carres.com/potin-P1020171117132851-Juju-contredit-Lubo.h…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/11/2017 21:53:09    Sujet du message: Lubomir Moravcik

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum A.S.S.E -> Joueurs et dirigeants de l'ASSE -> Anciens joueurs et joueurs prêtés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com