Stéphanois verts Index du Forum Stéphanois verts
Site dédié aux Verts et au football national et international
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue Invité 
Revues de presse EDF

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum Foot -> Sélections nationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lucas 42


Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2006
Messages: 1 425
Localisation: Sainté les Bains

MessagePosté le: 08/10/2017 08:37:51    Sujet du message: Revues de presse EDF Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Victoire des Bleus en Bulgarie, la Russie à l’horizon

Les Bleus sont allés vaincre la Bulgarie (1-0, but de Matuidi), samedi à Sofia, gardant dans le combat un avantage acquis tôt ainsi que leur destin en mains en vue du Mondial-2018.


Buteur dès la 3e minute à Sofia, Blaise Matuidi a permis à la France de signer son premier succès en Bulgarie depuis 1932. Photo AFP

L’équipe de France doit encore battre le Belarus, mardi au Stade de France, afin d’être sûre de valider son billet pour la Coupe du monde russe en 2018, même si elle peut aussi recevoir un coup de mains des Pays-Bas, qui affronte la Suède au même moment. Mais l'étape a priori la plus ardue a été passée avec succès en Bulgarie, samedi soir (1-0).

Une heure avant le coup d’envoi, la France était repassée en deuxième position de son groupe A, dépassée de deux points par la Suède qui avait écrasé le Luxembourg (8-0). De quoi au passage remuer un peu plus le couteau dans la plaie du piteux 0-0 concédé par les Bleus début septembre à Toulouse.

Il fallait donc que les Français s’imposent en Bulgarie pour reprendre leur fauteuil de leader. Et ils l’ont fait, dans la douleur, sans vraiment faire valoir leur statut de vice-champions d’Europe. Mais l’essentiel était bien la victoire.

Les Bleus ont pris le contrôle du match et assommé d’emblée les Bulgares avec un but de Matuidi, dans un angle fermé, après une combinaison entre Digne et Griezmann (3e). Pas mal pour un joueur qui a les «pieds carrés», comme il l’avait évoqué mardi avec auto-dérision face à la presse.

«Mentalement, on est en train de se préparer pour aller à la guerre», avait assuré Mbappé jeudi. Et il fallait du mental, dans la pluie et le froid, pour surmonter ce match aux allures de traquenard, et répondre au combat, illustré par quelques scènes musclées et cartons jaunes bulgares à la clef.

Il fallait résister, et ce, sans N'Golo Kanté, obligé de sortir sur blessure à la demi-heure, touché à la cuisse. La première période fut largement maîtrisée, avec plusieurs occasions, et une seule frayeur, lorsque Lloris a mal renvoyé un ballon puis s’est rattrapé dans la foulée sur sa ligne (37e).

La seconde période fut bien plus décousue côté bleu, avec encore plus d'agressivité adverse. Deschamps avait tenté un coup en revenant au 4-3-3 et surtout en titularisant deux ex-Lyonnais, Tolisso au milieu (deuxième sélection), et Lacazette en pointe, détrônant Giroud.

Et maintenant, le Bélarus...
Tolisso a trouvé le ton juste, dans la technique et l’agressivité, tandis que Lacazette s’est moins mis en valeur. Il a certes prodigué quelques belles déviations, mais a notamment perdu son duel avec le gardien (29e), son unique occasion, et tergiversé dans une situation de contre-attaque favorable (66e).

Griezmann s’est montré très mobile, dans tous les bons coups, singulièrement pour le but de Matuidi. Il a beaucoup décroché pour orienter le jeu, et a dès lors manqué de présence aux avant-postes.

Mbappé, lui, a offert de belles opportunités à ses deux acolytes offensifs, que ce soit donc à Lacazette (29e) ou à Griezmann (26e), en vain. Dans un élan côté gauche prenant la défense de vitesse, il a par deux fois manqué de précision, entre un tir détourné par le gardien (15e) et un autre trop enlevé (45e+1).

Chacune de ses prises de balle allumait du danger, même s’il a aussi eu un certain déchet, comme ce centre trop long (18e). Il a été beaucoup plus quelconque en seconde période, remplacé par Giroud (85e). La Bulgarie, c’est fini. Place au Belarus. Et dans «Belarus», il y a «russe»...

42
Didier Deschamps est devenu le sélectionneur français avec le plus de victoires à la tête des Bleus, 42 au total, en 68 rencontres. C'est mieux que Raymond Domenech (41 victoires en 79 rencontres) entre 2004 et 2010 et Michel Hidalgo (41 victoires en 75 rencontres), de 1976 à 1984.

http://www.leprogres.fr/sports/2017/10/07/victoire-des-bleus-en-bulgarie-ru…
_________________
Un Supp des loges du QSG et un Bernic accroché à son rocher ne feront jamais progresser l'ASSE...
Revenir en haut
manu63
modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 550

MessagePosté le: 11/10/2017 09:39:23    Sujet du message: Revues de presse EDF Répondre en citant

Revenir en haut
manu63
modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 550

MessagePosté le: 11/10/2017 09:51:05    Sujet du message: Revues de presse EDF Répondre en citant

La France qualifiée pour la Coupe du monde 2018 après sa victoire contre la Biélorussie

Publié le mardi 10 octobre 2017 à 22:37 | Mis à jour le 11/10/2017 à 00:51

Vainqueur de la Biélorussie (2-1) et première du groupe A au terme des éliminatoires, la France s'est qualifiée pour la Coupe du monde 2018. Antoine Griezmann et Olivier Giroud ont offert la victoire aux Bleus qui ont souffert en deuxième période.

Le match : 2-1

Mission accomplie. Victorieuse de la Biélorussie (2-1), ce mardi, pour son dernier match de qualifications, l'équipe de France sera bien présente l'été prochain en Russie, avec tout le gratin.

La France n'a pas connu un parcours très rectiligne, notamment lorsque la Suède l'a brièvement dépassée au classement au printemps. Mais finalement repassés en tête dans le sprint final, Didier Deschamps et ses joueurs ont négocié a minima les deux derniers rendez-vous automnaux. Mais s'ils veulent bien figurer en Russie, les vice-champions d'Europe devront absolument montrer un autre visage, dans huit mois. Plus joueur, plus tueur, plus gagneur. En évitant les barrages, ils ont gratté du temps pour travailler.

On s'attendait à un début de match très volontaire des Bleus. Mais, à l'image du Stade de France qui a mis de longues minutes à finir de se remplir, la sélection tricolore a pris son temps pour s'installer dans le camp adverse. C'est même la Biélorussie qui s'est créé la première opportunité, par Kovalev (10e). Une action qui a eu le mérite de rappeler les Français à l'ordre. Dès lors, la machine bleue s'est mise en marche, avec Lemar en chef d'orchestre. Sur coups de pied arrêtés d'abord, par Varane (18e) et Giroud (20e), elle a fait valoir sa supériorité. Puis dans le cœur du jeu, elle a frappé. Bien servi par Matuidi, Griezmann a gagné son duel avec Tchernik (27e). Les tribunes pouvaient se réveiller. D'autant qu'au même moment, les Pays-Bas avaient ouvert le score contre la Suède.

Dans la foulée, Giroud a confirmé la domination (33e), avec réussite. À ce moment-là, plus grand-chose ne semblait pouvoir inquiéter les Bleus, lancés à grande vitesse vers la Russie. Sauf peut-être l'esprit de révolte d'un adversaire déjà éliminé. Saroka lança un premier avertissement à Lloris (43e) puis réussit à réduire la marque juste avant la mi-temps (44e). Rien d'alarmant mais de quoi calmer un stade qui chantait la Marseillaise. Plus préoccupant, comme en Bulgarie, les Bleus ont vraiment peiné dans les enchaînements en seconde période. Malgré l'entrée de Mbappé (61e), qui a redonné du jus à son équipe et de l'intérêt à une rencontre qui s'enlisait, plus rien ne sera ensuite marqué. Mais l'essentiel était assuré.

Le fait : la Biélorussie a failli revenir à 2-2

Juste après une occasion française, Volodko manquant d'un rien de marquer contre son camp (63e), la Biélorussie a cru pouvoir égaliser. Sur une contre-attaque lumineuse, Saroka s'est retrouvé seul face à Lloris dans les six mètres. Mais signalé en position de hors-jeu, l'attaquant manqua le cadre. Il fit quand même passer un grand frisson dans les travées dans l'enceinte qui s'éteignait peu à peu.

Le joueur : Giroud, un but et ça repart

Après sa soirée de samedi passée sur le banc en Bulgarie (1-0), Olivier Giroud a donné raison à Deschamps de le relancer, puisqu'il a marqué. Avant la rencontre, l'attaquant d'Arsenal restait sur quatre matches sans but en sélection. Il fit preuve d'un gros engagement dans le combat face à la défense biélorusse, dans les premières minutes, à défaut d'avoir une réelle occasion à exploiter.



Il trouva ensuite la transversale de la tête (20e), puis sa persévérance fut récompensée par un tacle salvateur, qui contra le dégagement de Dragoune. Avec ce 28e but en Bleu, Giroud dépasse Karim Benzema au classement des meilleurs buteurs tricolores

Avec cette qualification directe pour le Mondial 2018 en Russie, l'équipe de France participera à sa quinzième phase finale d'une Coupe du monde, la sixième consécutive.

https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/La-france-qualifiee-pour-la-coup…
Revenir en haut
manu63
modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2008
Messages: 2 550

MessagePosté le: 31/10/2017 17:36:27    Sujet du message: Revues de presse EDF Répondre en citant

Équipe de France : Didier Deschamps prolonge jusqu'en 2020

Publié le mardi 31 octobre 2017 à 16:36 | Mis à jour le 31/10/2017 à 17:29

Comme attendu, la FFF a prolongé le contrat de Didier Deschamps au poste de sélectionneur de l'équipe de France jusqu'en 2020.

L'annonce, ce mardi en début d'après-midi, d'une conférence de presse de Noël Le Graët pour 16h30, un délai extrêmement court pour le genre, laissait peu de place au doute : la FFF a prolongé le contrat de sélectionneur de Didier Deschamps jusqu'en 2020.

Cette décision apparaissait elle-même probable depuis plusieurs semaines, Noël Le Graët, le président de la FFF, ayant régulièrement rappelé sa volonté de prolonger ce contrat avant la Coupe du monde. Il a décidé de le faire avant le dernier rassemblement de l'année, face au Pays de Galles, le 10 novembre au Stade de France, puis à Cologne, face à l'Allemagne, quatre jours plus tard, mais aussi avant le tirage au sort de la Coupe du monde, le 2 décembre prochain.
À six mois du record d'Hidalgo ?

Quart de finaliste de la Coupe du monde 2014, finaliste de l'Euro 2016 en France, qualifié pour la Coupe du monde 2018 avec une fin de parcours qualificatif peu spectaculaire et pénible, l'ancien capitaine des Bleus bénéficiera d'un confort dont certains de ses prédécesseurs ont été privés, notamment Jacques Santini en 2004 et Laurent Blanc en 2012. Mais cette prolongation évitera les mois à venir d'être parasités par le feuilleton de la succession.

Arrivé à la tête des Bleus en juillet 2012, à la suite de Laurent Blanc, Didier Deschamps ne battra pas le record de longévité d'un sélectionneur de l'équipe de France s'il va jusqu'au bout de ce nouveau contrat. Ce record est toujours détenu par Michel Hidalgo, sélectionneur du 1er janvier 1976 jusqu'à la finale de l'Euro 84, au mois de juin, huit ans et demi plus tard.

https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Equipe-de-france-didier-deschamp…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 17/12/2017 09:15:48    Sujet du message: Revues de presse EDF

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum Foot -> Sélections nationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com