Stéphanois verts Index du Forum Stéphanois verts
Site dédié aux Verts et au football national et international
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue Invité 
Daniel Bilos

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum A.S.S.E -> Joueurs et dirigeants de l'ASSE -> Anciens joueurs et joueurs prêtés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
manu63
modérateur

En ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 1 762

MessagePosté le: 04/10/2017 19:42:01    Sujet du message: Daniel Bilos Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Vamos Bilos !



Le quotidien argentin Pagina 12 a publié le 30 septembre dernier une intéressante interview de l'ancien attaquant stéphanois Daniel Bilos (37 ans), entraîneur des U13 de Banfield (Argentine), son premier club pro. Extraits.

"J’ai toujours su que j’avais une blessure, et c’était une bonne chose de savoir qu’elle pouvait empirer à tout moment. Quand j’ai quitté Banfield pour Boca Juniors en 2005, ils ont découvert que j’avais une ostéochondrite. Cette blessure fait que le cartilage ne se régénère pas. C’était une blessure de degré 4, le plus avancé. Quand j’ai signé à Saint-Etienne en 2006, j’ai été surpris de constater que l’entraîneur ne savait pas comment je jouais. Je n’avais pas beaucoup de références en tant que joueur. Il pensait que j’étais avant-centre. Le coach Ivan Hasek était tchèque et je ne parlais pas français, la barrière de la langue n’a pas permis de clarifier les choses.

Comme j’étais habile techniquement vu ma grande taille, j’ai dû me battre contre les préjugés. Je n’étais pas un buteur, pas un numéro 9 comme mon physique pouvait le laisser croire. J’ai mis du temps à briser ce cliché. Dans les équipes de jeunes, on m’a souvent positionné attaquant de pointe. Cela m’a beaucoup porté préjudice car j’ai des lacunes à ce poste. J’avais besoin de jouer sur les côtés, de décrocher pour aller chercher les ballons. Il y a quelque chose d’inné chez les buteurs. J’ai vu ça chez Martin Palermo : il avait la patience que je n’avais pas.

J’ai dû arrêter ma carrière à 27 ans. Je pensais que j’aurais pu jouer cinq ou six ans de plus. Mais mes douleurs au genou étaient constantes. Je ne pouvais plus jouer normalement, ça me faisait trop souffrir. J’ai dû apprendre à vivre sans l’adrénaline du football. J’ai ressenti soudain un vide énorme. Cela a été très difficile de passer du vortex à une tranquillité presqu’effrayante. Pendant un an et demi, je n’ai pas regardé de foot. Je n’ai pas fait de thérapie. J’ai voyagé, j’ai profité de mes proches. Je suis revenu dans le foot en tant que formateur pour me réinventer.

Je vois encore en mes jeunes des enfants, pas des mini-footballeurs. Statistiquement, seuls un ou deux pourcents d’entre eux joueront en première division. On prête attention à ceux qui sont le plus en vue mais on n’oublie pas que c’est un sport d’équipe et qu’on a besoin d’un groupe élargi. On avertit les garçons que très peu d’entre eux parviendront à être footballeurs professionnels. On leur précise que ce ne sont pas les plus doués techniquement qui arrivent à percer, mais ceux qui sont les plus travailleurs et les plus persévérants. Ce n’est pas parce que tu joues bien en équipe de jeunes que tu arrives jusqu’en équipe première.

Dans les petites catégories, le principal problème, c’est les parents. Chaque père voit dans son fils un futur Messi, Aguero ou Higuain. Ils projettent leurs attentes personnelles dans leurs gamins. Ces jeunes ne devraient pas avoir une telle pression à cet âge-là. Mais malheureusement c’est souvent le cas. Fréquemment ce que disent les parents est le contraire de que nous disons. Il arrive régulièrement que des parents me demandent des comptes lorsque je ne retiens pas leurs fils. Ils tiennent parfois des propos blessants, ils débinent parfois d’autres enfants pour faire jouer le leur. Dans la plupart des cas, la présence des parents est nocive lors des matches. Certains insultent l’arbitre, les adversaires voire les coéquipiers de leur fils."

http://www.poteaux-carres.com/potin-P4920171003233256-Vamos-Bilos-!.html


Dernière édition par manu63 le 05/10/2017 23:27:46; édité 1 fois
Revenir en haut
VERTMINATOR42


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2017
Messages: 320

MessagePosté le: 04/10/2017 20:02:21    Sujet du message: Daniel Bilos Répondre en citant

il était pas si nul que ça... mais n'a jamais vraiment eu sa chance avec HASEK !
_________________
Allez tous boire un coup à ma santé
Revenir en haut
coach mic


Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2009
Messages: 144

MessagePosté le: 04/10/2017 20:03:33    Sujet du message: Daniel Bilos Répondre en citant

si je sais toujours compter, il a arrêté sa carrière chez nous
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 22/10/2017 00:50:55    Sujet du message: Daniel Bilos

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stéphanois verts Index du Forum -> Forum A.S.S.E -> Joueurs et dirigeants de l'ASSE -> Anciens joueurs et joueurs prêtés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com